Il faisait beau et le soleil se levait paresseusement vers son zenith, l’herbe qui était encore verte, ainsi que plusieurs types arbres poussaient en abondance autour du petit chemin de terre que Mimiko et Hericendre empruntaient en ce moment.

155

Bien que Mimiko n’avait pas vraiment l’occasion d’en profiter car elle avait le nez sur la carte de son pokématos et n’arrivait pas à faire le choix de la première ville où elle se rendrait.

-Ebenelle et Ecorcia sont à peu près à la même distance…

Le pokemon feu la laissait dans ses réflexions humaines et profitait du paysage. Jusqu’ici, avant de connaitre son actuelle maitresse, il avait toujours vécu au laboratoire du professeur Orme ou dans une pokéball et n’avait jamais vu le monde extérieur.

Il se souvenait de ce que lui disait sa mère, une belle feurisson, à ses frères et ses sœurs :

156

« Un jour vous rencontrerez le dresseur qui vous est destiné et vous partirez ensemble découvrir le monde ! »

Ce à quoi il avait répondu assez insolemment qu’il pouvait très bien se débrouiller tout seul… Il était encore jeune à ce moment-là…

(Note de l’auteur : il est à peine plus âgé actuellement…)

Avoir un dresseur avait ses avantages, certes, on ne faisait pas toujours ce qu’on avait envie, et la communication était parfois difficile, mais on était nourri, transporté, choyé… Et il trouvait parfois Mimiko tellement mignonne quand elle se prenait la tête sur quelque chose comme actuellement, et elle lui paressait tellement vulnérable parfois qu’il ne pouvait s’empêcher de vouloir la protéger.

Qu’est ce qu’elle aurait fait sans lui après tout ?

Elle avait facilement peur, n’était pas très courageuse et semblait vouloir s’effacer. Il allait faire en sorte que ça change ! Foi d’Hericendre !

Alors qu’il prenait cette bonne décision, lui et sa maitresse arrivèrent en vue d’un arbre près de la route où été perché un roucool.

16

 

Mimiko ne le remarqua même pas, mais Héricendre ne put s’empêcher d’échanger un regard avec le pokémon sauvage. Celui-ci se rengorgea en déployant son poitrail et Héricendre, vexé d’être snobé, redressa la tête fièrement.

Après tout, lui, au moins avait un maitre, il n’était pas comme ces pokémons sauvages qui n’avaient aucune éducation !

Cela dû agacer fortement le roucool car il clama un avertissement puis d’un coup d’aile, s’envola et piqua sur lui.

Hericendre eut le réflexe de s’écarter et il l’évita de justesse, surprenant Mimiko qui releva la tête, surprise du courant d’air qui était passé juste à côté d’elle.

-Qu’est ce qui se passe ?

Hericendre n’eut pas le temps de répondre car son adversaire revenait à la charge. Il l’évita une nouvelle fois puis tira sur les lacets des bottes de sa maitresse.

-Hericendre ! Heri !

-Mais qu’est ce qui lui prend à ce roucool ? Bon très bien, Hericendre, attaque flammèche quand il t’approchera.

Il hocha de la tête et se prépara, se campant fermement sur ses pattes.

Le Roucool fit demi-tour dans le ciel, et se lança dans une nouvelle attaque charge, cependant, voyant que le pokémon domestiqué ne semblait pas vouloir l’éviter, il stoppa brusquement et battant l’air de ses ailes, envoya un jet de sable sur Hericendre et sur Mimiko.

-ROUCOOOOL !!! Fit t’il en s’élevant à nouveau.

Le sable se dissipa, découvrant deux formes couvertes de poussières.

-OK ! Là c’est la guerre ! Hericendre, attaque charge quand il repassera à l’attaque !

-Heri !

Le roucool approcha de nouveau et Hericendre cette fois-ci courut vers lui, prêt à le percuter. Au dernier moment Mimiko réalisa que ce ne sera pas le meilleur moyen et lui ordonna d’éviter par la droite. Grace à son agilité, il s’esquiva et roucool fit une boucle pour lui foncer à nouveau dessus, augmentant sa vitesse.

Hericendre attendait un ordre mais Mimiko était concentrée sur le pokemon vol qui approchait. Alors qu’il ne restait que quelques mètres à l’oiseau pour atteindre sa cible, Hericendre eut son ordre :

-Esquive en sautant !

Il bondit et le roucool qui ne put rectifier sa trajectoire fonça tout droit sur le tronc d’un arbre et s’y assomma.

-Flammèche ! Maintenant !

Hericendre s’occupa de finir le travail en lançant ses flammes, clouant l’oiseau à bout de force à terre.

-Voilà, il ne nous embêtera plus maintenant ! Même si c’est étrange… les roucools sont réputés pour être inoffensifs… Qu’est-ce que tu veux Hericendre ? Demanda-t-elle en se décrochant la tête pour voir ce que son pokémon cherchait dans son sac à dos.

Il en sortit une petite pokéball qu’il lui tendit.

-Quoi ? Qu’est ce que tu veux que j’en fasse ? La tienne c’est pas celle-là…

Il lui tapa sur la tête et lui désigna le roucool effondré par terre.

-Tu veux que je capture ce roucool enragé ? Remarque, ça intéressera peut être les infirmières pokémons…

Agrandissant la pokéball à sa forme normale, elle la lança sur l’oiseau qui y entra en se transformant en lumière rouge. La ball remua furieusement deux fois puis s’immobilisa.

-Voila, capturé, t’es content ?

-Hericendre !

Il alla ramasser la pokéball pour la lui ramener. Devant son enthousiasme, Mimiko eut un petit sourire : peut-être qu’il voulait juste avoir un ami Pokémon à qui parler… Même si son choix en question était plutôt critiquable… Contrairement à son enjoué Hericendre, ce roucool, non Roucool, se rectifia t’elle, semblait plutôt être une teigne.

Sur ces pensées, la jeune fille haussa des épaules et réalisa que ce contretemps risquait de la faire coucher dehors s’il elle ne pressait pas le pas.  

Rentrant dans sa pokéball Hericendre qui s’était fatigué pendant le combat, elle reprit son chemin en forçant le pas.

***

Plus loin sur la route, sautant de dessus un petit mur, trois jeunes hommes discutaient plutôt bruyamment. Ils formaient pour ainsi dire un trio assez éclectique. Celui de droite était aussi grand qu’épais, il faisait l’effet du genre de grosses brutes qu’on ne viendrait pas embêter pour tous les pokédollars du monde. Nommé bien justement Goliath comme si ses parents avaient pu deviner à sa naissance qu’il deviendrait ainsi_pas impossible vu la carrure de son père de profession loubard_ il ne brillait cependant pas pour son intelligence.

Tout à gauche se trouvait Harry, tout en jambe et maigre comme un os, il avait le regard torve d’un serpent et l’esprit tout aussi tortueux. Le professeur Orme avait longtemps hésité avant de l’autoriser à prendre son premier Pokémon car il semblait du genre à arracher les feuilles des mystherbes et à jeter des pierres sur les rattatas.

4319

Tous deux avaient suivi les cours de l’académie pokémon de Mauville et s’entendaient comme larrons en foire, même s’ils étaient sortis derniers de leur promotion.

Ils avaient connu leur troisième compagnon, plus petit, plus frêle, surtout entre eux deux, dans leur ville natale : Ebenelle.

Chriss avait des traits plus fins que ses compagnons, de longs cheveux blonds noué dans la nuque et il faisait partie d’une famille très influente de la région qui comptait d’excellents dresseurs pokémon : Le Clan des Dragons. 

Il avait eu une éducation très surveillée et très avancée, ce qui faisait de lui le cerveau de son petit groupe. Il lui avait fallu cependant attendre sa majorité pour avoir le droit de partir de chez lui pour se lancer à la quête des badges qui lui donnerait accès à la ligue Pokémon et enfin détrôner son cousin de sa place de Maitre Pokémon.

Ils venaient de finir de descendre la montagne et s’amusaient à défier les dresseurs qui voulaient passer sur ce chemin, pour les vaincre, et ainsi les renvoyer dans la ville la plus proche.

Mimiko n’avait toujours pas choisie quel chemin elle allait prendre quand elle tomba sur ce barrage improvisé.

-Qu’est ce qui se passe ici ?

Au même moment le fouinette d’un adolescent fut mis violemment à terre par un macronium. Le pokemon battu fut vite rappelé dans sa pokéball et son dresseur, non sans un regard furieux, détala vers Bourg Geon.

161153

Harry rappela son pokémon et le regard des trois garçons se tournèrent vers la brune.

-Hep là, on ne passe pas à moins de gagner contre l’un d’entre nous ! Déclara Harry.

-Au nom de quoi ? Répliqua Mimiko qui n’avait pas la moindre envie de s’éterniser sur cette route.

-Parce qu’on l’a décidé ! Répliqua Goliath.

Mimiko les fixa un moment, perplexe. De toute évidence, elle n’avait pas de chance, elle était tombée sur une bande d’idiots.

Ils barraient totalement la route menant à Ebenelle, mais elle pensait avoir une chance de se faufiler sur celle menant à Ville-Griotte.

Chriss, constatant avec agacement le peu d’intérêt qu’elle leur manifestait, sauta du muret où il était assis et s’avança vers elle en brandissant sa pokéball :

-Tu as peur de perdre ?

-Je ne vois pas l’intérêt de fatiguer mes pokémons juste pour céder aux caprices d’inconnus !

-Humf ? Caprice, dis-tu… C’est ce qu’on va voir ! Crocrodil sort !

159

Dans un flash rouge apparut le pokémon crocodile qui se mit aussitôt à grogner.

Mimiko considéra froidement son adversaire qui ne voulait pas entendre raison, et comme elle n’avait pas envie de se faire mordre par les crocs qui saillaient de l’immense gueule du pokémon eau, elle sortit la pokéball de Roucool.

Il était ridicule d’obliger un pokémon déjà affaibli à se battre mais Héricendre, étant de type feu, n’avait vraiment aucune chance.

-Roucool, en avant !

De la pokéball sortit l’oiseau qui semblait moins fatigué qu’elle ne le pensait d’abord puisqu’il se mit à voler et à pousser des cris de défi.

Elle, puisque c’était une femelle, semblait même décidée à en découdre.

-Crocrodile, attaque morsure !

-Roucool, jet de sable !

Le crocodile se retrouva stoppé dans son élan à manger du sable. Il secoua la tête pour s’en débarrasser.

-Attaque pistolet à eau ! Contra Chriss.

Bien que n’y voyant pas grand-chose, il lança plusieurs jets d’eau, dont l’un d’eux toucha Roucool à droite qui fut stoppée dans son attaque, et à nouveau à découvert.

-Esquive et charge ! Tenta Mimiko, mais un roucool fonçant en ligne droite était une cible facile pour le pistolet à eau et celui-ci le frappa cette fois-ci de plein fouet et l’envoya s’écraser à terre.

Mouillée, Roucool ne pouvait plus s’envoler, bien que désespérée, elle tenta de battre des ailes pour les faire sécher.

-Crocrodil, finit le avec une dernière morsure !

Le pokémon eau fonça vers l’oiseau, mais Mimiko fut plus prompte et l’attrapa dans ses bras avant qu’il soit sur elle et profita de la surprise pour foncer vers la route de Ville Griotte à toute jambe.

-EH REVIENS ! Le combat n’est pas terminé ! Rugit Chriss, mais elle était déjà loin.

-Non mais il y a des gens qui sont vraiment pas nets… Maugréa Mimiko en rappelant la roucool affaiblie dans sa pokéball tout en coupant par les hautes herbes de peur qu’ils n’aient envie de la rattraper.

Elle apercevait au loin une route automobile, ce qui lui fit penser qu’elle n’était vraiment pas loin d’une zone urbaine. La suivant à la vue et à l’ouïe, elle tomba finalement sur une petite ville côtière couchée le long d’une plage au sable gris.

Très fleurie, la ville semblait être grandement résidentielle car la grande rue que Mimiko remontait n’était bordée que par des petits commerces et le Centre Pokémon qu’elle cherchait faisait au moins le tiers de celui de Carmin Sur Mer. 

Néanmoins, elle y trouva son habituelle infirmière Joëlle et un leveinard qui lui prirent ses pokémons pour les soigner.

113

-Pourriez-vous ausculter mon Roucool ? Je trouve qu’elle a un comportement étrange.

-Vraiment ? S’étonna Joëlle, dans ce cas je le garderais en observation jusqu’à demain. Vous pourrez récupérer votre héricendre dans quelques heures.

-Merci beaucoup.

Mimiko se détourna alors du comptoir en se demandant ce qu’elle allait bien pouvoir faire en attendant.     

**

Elle acheta d’abord un sandwich et de l’eau fraîche au distributeur du Centre et partit vers la plage pour manger. L’après-midi battait son plein et un groupe de jeunes jouaient au beach-volley tandis que trois familles paressaient et que leurs enfants batifolaient dans l’eau calme ou faisaient des châteaux de sables.

La mer léchait le sable en petites vaguelettes, cassée par les brises lames que l’on pouvait voir de chaque côté.

Mimiko profita de ce moment de paix pour se reposer et masser ses pieds endoloris par la marche. Elle n’était pas très sportive et cette « randonnée forcée » durant toute la journée l’avait épuisée.

S’allongeant dans le sable, elle fixa le ciel bleu et se mit à espérer apercevoir Ho-Oh dans le ciel, ce qui lui éviterait bien des embêtements.

*Il doit être magnifique…J’aimerai bien le voir moi aussi… C’est drôle, ça fait presque une semaine que je suis là et je ne suis pas encore morte… Toujours ça pour moi et toujours ça pour ceux qui croyaient que je reviendrais la queue entre les jambes au bout de deux jours ! Je me verrais bien rester ici, c’est calme… C’est différent du bruit, du stress, de la pression d’où je viens… *

Perdue dans ses rêveries, elle aurait pu s’endormir si une voix agaçante ne l’avait obligée à se relever. 

Elle avait parlé un peu trop vite en parlant de calme.

Trois ombres barrait sa silhouette et mettant une main devant ses yeux, aveuglée par le soleil, Mimiko répondit, certaine de leur identité :

-Qu’est-ce que vous voulez encore ?

Elle fronça les sourcils en remarquant les enfants qui pleuraient auprès de leurs mères en tenant un cadavre de ballon de plage.

Le crocrodil de Chriss avait justement un bout de plastique coincé entre ses dents. Tout simplement navrant.

-Tu t’es enfuie lors du match. Et Crocrodil et moi détestons voir des proies nous filer entre les pattes ! Répondit Chriss, silhouette altière et mains sur les hanches tandis que crocrodil approuvait d’un vigoureux « Crodil ! ». 

-Désolé mais tu n’avais qu’à pas m’empêcher de passer, répliqua la jeune fille en surveillant le pokémon crocodile. Je n’ai pas de temps à perdre avec des combats !

Chriss la considéra d’un air stupéfait avant de lancer des regards entendu avec ses compères et d’exploser d’un rire méprisant :

-Un pokémon sert à se battre ! A quoi rime-t-il d’en avoir un sinon ?!

-Héricendre est mon compagnon de voyage, il m’aide lorsque je suis en difficulté et grâce à lui je ne suis pas seule ! Mais je n’ai pas l’intention de le faire se battre stupidement juste pour le plaisir d’un autre dresseur !

-Tu es une belle imbécile… Faire copain copain avec un pokémon : Tu as 10 ans ou quoi ? Mais je vais te faire regretter l’erreur de m’avoir défié en t’enfuyant ! Je ne suis pas n’importe qui ! Je suis Chriss, et je fais partie de la famille du Clan des Dragons !  Toi qui es-tu ? Une dresseuse lambda parmi tant d’autre !

Mimiko se releva en époussetant le sable de ses fesses.

Elle fut tentée un instant de répondre qu’elle venait de l’étranger, mais le visage souriant de Sayaka Orme et Akira vint s’interposer. Ils la connaissaient à peine, mais ils lui avaient étonnamment confiance. Bien que cela la dépassait, elle avait cette étrange idée fixe de ne pas les décevoir.

-Je suis Mimiko et je viens de Bourg Geon.

Ce n’était pas faux. D’une certaine façon, elle avait commencé une nouvelle vie là-bas. C’était comme une renaissance. 

Il ne fit aucune remarque mais pointa une pokéball vers elle :

-Allez, amuse nous ! Et pleurs de te faire massacrer ! J’aime les larmes ! Surtout lorsqu’elles viennent d’un ennemi !

-Désolé de te décevoir mais je n’ai pas mes pokémons sur moi. Et il en faudrait beaucoup pour que je pleurs devant un type aussi imbuvable que toi !

Le sourire de Chriss s’agrandit un peu plus :

-Oh, mais ce n’est pas grave : Scorplane ! En avant !

207

De la pokéball qui sortit apparut alors un scorpion violet aux dents de vampires et à la langue pendante.

Mimiko ne pût retenir une grimace. Chriss semblait les aimer aux canines acérés et à l’air mauvais.

-Mais je te répète que JE.N.AI.PAS.MES.POKEMONS ! Insista-t-elle, ne comprenant pas où le jeune homme voulait en venir.

Son mode de pensée semblait totalement anarchique.

Non, en fait il était peut-être simplement fou ! Se corrigea-t-elle lorsqu’il ordonna à son pokémon de lancer une attaque dard venin sur elle.

Se jetant sur le côté et atterrissant péniblement sur le sable, elle évita de peu le scorplane qui s’était jetée sur elle.

-MAIS CA VA PAS DANS VOS TÊTES ?!!!! Rugit t-elle alors que les deux autres, Goliath et  Harry se tenaient le ventre, mort de rire.

Des grains de sable pleins les cheveux, elle commençait à en avoir vraiment marre de ces trois-là. Pour autant, elle ne pensait pas que l’attaque était sérieuse, ce qui la surprit d’autant plus lorsque le scorplane bondit sur elle et la menaça de son éperon.

Une peur sourde se réveilla en elle et elle se remémora ce qui était arrivé avec le smogo de la Team Rocket.

Le rire de la folle qui les commandait, avec son Raichu, lui revint aussi.

Tout était calme ici, hein ? C’était différent de chez elle ?

Pas vraiment.

Les pokémons n’étaient pas que des joyeux amis comme l’était Héricendre. 

-Arrête ça ! Lui ordonna-t-elle en sentant le dard beaucoup trop près de son cou.

-Pourquoi ? Comme ça je pourrais te faire faire tout ce que je veux et…

Le bruit d’une sirène retentit au loin et l’injure qui sortit de la bouche de Harry et Chriss sonna comme une libération.

La police arrivait.

Le scorplane disparut dans un faisceau rouge et rejoignit sa pokéball.

-On se reverra ! Lança Chriss avant de s’enfuir avec ses amis.

-Certainement pas… Marmonna Mimiko en se relevant et en frottant nerveusement son cou.

Une agent Jenny se précipita alors à ses côtés :

-Est-ce que ça va ? Des vacanciers ont appelé pour me prévenir que vous étiez embêtée par un groupe de garçon.

« Embêté » n’était pas vraiment le mot. « Agressée », « Attaquée » plutôt ! Mais elle n’en fit pas la remarque pour éviter les complications policière. 

-Ca va maintenant… Ils se sont enfuit.

-Pouvez-vous me faire une description d’eux ?

-Pardonnez-moi… Mais j’aimerai surtout pour l’instant retourner au centre pokémon… 

-Très bien, mais je dois voir vos papiers d’abord !

Mimiko s’exécuta avec un petit soupir, dévoilant sa carte de dresseur et se rappela qu’elle n’était plus à jour car elle avait oublié de la passer dans le lecteur du centre pokémon pour rajouter Roucool.

Heureusement, la policière ne pouvait pas deviner qu’elle l’avait capturé. Satisfaite de son contrôle, elle la salua et retourna à sa ronde. Mimiko quant à elle, rentra au centre pokémon le cœur bien moins léger qu’en en sortant.

Elle s’occupa des formalités d’enregistrement et alla récupérer ses pokémons.

-Votre héricendre a retrouvé toutes ses forces, commença l’infirmière Joelle en lui rendant ses deux pokéball sur un plateau. Quant au roucool, je n’ai rien remarqué d’étrange.

-Hein ? Mais elle m’a semblé bien… Comment dire…

A peine touchait-elle sa pokéball que Roucool en sortit sans invitation et battant des ailes, se mit à picorer violemment de son bec la tête de sa dresseuse.

-Aïe ! Aïe ! Mais qu’est ce qui te prend Roucool ?! Regardez ce qu’elle me fait !!!

-Si je ne me trompe pas, n’avez-vous pas perdu un combat avec elle ?

-Pas vraiment… Mais on peut dire ça ! Répondit Mimiko en se protégeant de ses mains. Pourquoi ?

-Certains pokémons détestent perdre. Je pense que c’est son cas. Cela peut les rendre plutôt… Virulent.

-Comment ça virulent ?!? S’étonna Mimiko alors que Roucool, apparemment satisfaite de la punition, rentra dans sa pokéball.

-Tous les pokémons ont leur petit caractère, répondit tout naturellement Jöelle avec un joli sourire, avant de s’excuser et de retourner à son travail.

Mimiko fixa sa pokéball d’un air mauvais :

-C’est pas un « petit » caractère ça ! C’est carrément une furie !

 

A suivre…