Dans le ciel les feux d’artifices se déployaient les uns après les autres dans un concert de « OUAH !» de « OH !».

Tantôt ils avaient la forme traditionnelle de fleur, tantôt ils tombaient en crépitant, tantôt ils clignotaient, et d’autres, encore plus impressionnant, prenaient la forme pendant quelques secondes de pokémons.

Assise dans l’herbe du parc, Héricendre et Roucool de chaque côté, Mimiko admirait le spectacle avec en arrière fond une pensée parasite :

15516

Avait-elle bien fait d’échanger Chetiflor ?

69

Elle avait un début de réponse dans le fait qu’elle regrettait déjà son acte. Elle avait manqué de temps pour peser le pour et le contre… Tout avait été si soudain.

Elle ne pouvait cependant pas revenir en arrière. Elle n’avait plus Chetiflor, mais elle avait Maximus l’onix.

95

Elle sortit la pokéball qui avait de toute évidence bien servi et l’observa en espérant que l’être qu’elle contenait comprendrait ce qui s’était passé.

Comme un onix aurait été plus encombrant qu’autre chose ici, elle remettait les présentations à demain, quand elle se sentirait moins coupable.

 

Quand le spectacle pyrotechnique fut terminé, la foule quitta le parc en petit groupe. Certains continueraient la fête à l’intérieur du « Tige Folle », la seule boite de nuit de la ville, d’autres allaient simplement se coucher pour assurer leurs fonctions demain ou pour dessaouler.

Les dresseurs de passages rentraient quant à eux au Centre Pokémon par l’artère principale du centre ville. Parmi tous les groupes présents, bandes de préadolescents dont on se demandait comment les parents avaient acceptés qu’ils partent et jeunes adultes en grande partie bourrés, il fallut que Mimiko croise le regard de Chriss.

Une partie d’elle grogna de ce fait. Pourquoi attirait-il son regard ? Surtout si c’était pour voir son visage prendre un air supérieur.

Arceus seul savait comment, alors qu’elle avait l’intention d’accélérer pour les éviter elle se retrouva prise au beau milieu de sa bande.

Héricendre grogna, prêt à attaquer et chose surprenante, pour la première fois, Roucool se posa sur son épaule et ébouriffa ses plumes de menace.

Le premier qui l’embêtait aurait à subir ses foudres.

-Hey salut, comment ça va ? Lança Harry d’un ton décontracté. Tu étais aussi à la fête ? Je ne t’ai pas vu !

-Bonsoir, répondit-elle simplement tout en restant prudente. 

-Tu étais trop occupé à draguer les danseuses, répliqua Goliath de sa grosse voix avec un bref rire rauque.

-Elle était de l’autre côté du lac.

Mimiko frissonna malgré cette soirée chaude et tourna la tête vers Chriss qui se tenait derrière elle.

Avec l’impression que sa nuque la brûlait, elle réalisa qu’elle était troublée de savoir qu’il avait pût l’observer. Mais il avait dit ça d’une voix froide qui ne laissait rien deviner de ce qu’il pensait vraiment.

Ses yeux pouvaient d’un instant à l’autre passer de l’arrogance, voire même d’une certaine folie inquiétante à l’insondable le plus parfait.

Elle détestait ce genre de caractère lunatique.  

-Tu n’avais pas un chetiflor tout à l’heure ? Demanda-t-il alors, son sourire revenu : Tu t’en es débarrassé en te rendant compte de son pathétique pouvoir ? Enfin une bonne décision. Il y a donc encore de l’espoir !

Mimiko se renfrogna alors qu’un nouvel éclat rauque s’échappait de la bouche de Goliath, aussi agréable à l’oreille qu’une chute de pierre.

-Un petit garçon m’a proposé de l’échanger, sinon je l’aurais gardé. Vous connaissez mon avis là-dessus, trancha la jeune fille qui, alors qu’ils avaient des intérêts si différent, ne comprenait pas pourquoi ils la collaient.

-Un échange est stratégiquement intéressant. Le pokémon échangé gagne plus vite de l’expérience, tu le savais ? Intervint Harry avec un rictus.

-Je ne le savais pas.

-Oui. Comme si d’avoir subi une séparation brutale avec son maître d’origine lui faisait avoir une révélation : la vie est cruelle et seuls les forts s’en sortent… Les sentiments naïfs qui nous attachent aux autres peuvent être facilement rompus.

Oui, elle connaissait ça aussi… Et elle ne pût contrer Harry car elle avait elle-même était cette « naïve ». Mais cela concernait les humains. Les pokémons eux semblaient être différent.

La façon dont Héricendre lui été attaché en si peu de temps ne cessait de l’émouvoir. Et pour rien au monde elle ne voudrait trahir sa confiance.

Le dernier geste de Roucool, toujours si prompte à la malmener et à se montrer insensible, en était aussi révélateur.

Tous les deux lui faisaient confiance.

Mais il fallait se méfier des humains.

Chriss remarqua qu’elle ne répondait rien et regardait par terre le regard sombre. Il fut surpris qu’elle parle d’eux en relevant la tête :

-Chriss m’a dit que tu avais affronté le champion local. Ca s’est bien passé ?

-Oui, très bien. Merci, s’étonna Harry avant de jeter un regard en arrière à Chriss.

Celui-ci se contenta d’hausser les épaules, les mains dans ses poches.

Mimiko trouvait l’ambiance vraiment bizarre.

Heureusement pour elle, ils arrivèrent dans le Centre et elle leur faussa compagnie pour rejoindre sa chambre.

Priant pour que leurs étranges échanges ne la hantent pas toute la nuit, elle se faufila sous les draps et ferma les yeux.

***

Quelques heures avant tout ça, un tournoi eut lieu dans la Tour Chetiflor. Il opposa tous les propriétaires de chetiflor, ce qui faisait pas moins d’une trentaine de chetiflors présent.

Ils ne se doutaient pas une seule seconde que parmi eux s’en trouver une, dont la colère, l’humiliation et le cœur brisé avaient créé des velléités de vengeance.

Oui on ne pouvait pas faire confiance aux humains.

Mais il fallait aussi se méfier de l’eau qui dort… Et Chetiflor avait bien l’intention de le prouver.

Durant tous les combats elle se distingua par sa souplesse, par son endurance et sa détermination. Elle ne gagnait pas toujours, mais peu importe, le message était bien passé parmi ses congénères

Ainsi lorsqu’elle rejoignit son nouveau dresseur à la fin du tournoi, tout était en marche. Les humains réunit devant le plus vieux des moines, appelé ainsi l’Ancien, écoutaient son discours avant la remise des prix tandis que leur pokémon plante, près d’eux, attendaient le signal.

Dès que Chetiflor le donna en levant sa tête de fleur, une centaine de tentacules vertes s’élevèrent au-dessus des dresseurs et lancèrent des ligotages pour les immobiliser. Ceux qui connaissaient l’attaque aspergèrent la foule de poudre dodo.

En quelques minutes seulement les humains furent neutralisés et Chetiflor bondit sur le temple portatif pour se placer au milieu des grands effigies de bois qui étaient sculptés et peintes.

De son perchoir, elle prit une grande inspiration :

[Et à l’occasion, comme il n’y a plus d’humain, les dialogues passent en mode traduction, ce sera plus agréable à lire !]

-MES CHEURS ! MES FRERES ! VOICHI UNE CHETIFLOR QUI PARLE ET QUI VEUT DIRE CHON INJUSTICE ! Ch’étais tranquille au chein de ma tribu, vivant de choleil, d’eau et d’inchectes, ne causant de tort à personne comme vous tous. Choudain ! Alors que che me rendais au lac pour boire, une créature vile m’a prise pour chible chans aucune raison et m’a frappé avec violence ! Che suis tombé, touché et gravement blessée ! Che ne pouvais plus me relever ! Ch’ai cru que j’allais mourir, brûlée par le soleil, piétinée ou même mangée !

-Oooooohhhh ! Firent les chetiflors autour d’elle en une plainte commune.

-Ch’ai entendu des voix ! Ch’était un humain ! Ch’étais effrayée ! Tout comme vous ch’avais entendu dire qu’il ne fallait pas ch’approcher des humains, qu’ils étaient dangereux ! Celui-chi m’a capturé avec une étrange noix alors que che n’avais rien demandé à personne ! Vous aussi on vous a enfermé de force dans ces balls qui sont comme une prison où ils vous font sortir et rentrer à leurs grés !

-Mais on peut aussi en sortir quand on le veut… Lança timidement un chetiflor.

-Oui c’est vrai !

-Oui il a raison ! On peut en sortir !

-Oui mais certains humains n’aiment pas ça ! Le mien en tout cas il n’est pas content et me remet aussitôt dedans !

-Oui c’est vrai !

-Oui il a raison. Certains humains n’aiment pas.

-Dans tous les cas ! Reprit Chetiflor, ne vous a-t-on pas arraché de force à votre territoire ? De votre famille ? Ne préfèreriez-vous pas être en che moment dans votre plaine ?

-Si, je prefererai.

-J’avais un petit frère et une petite sœur…

-Mes parents doivent se faire du souci…

-Si !

-Elle a raison !

-MAIS L’INSULTE N’EST PAS TOTALEMENT DEVOILEE ! Ch’ai été soignée ! Ch’ai fait connaissance avec l’humaine et les autres pokémons ! Et parmi eux che trouvait mon torchionnaire ! Loin de se sentir coupable elle a continué à me traiter de fachon incorrecte ! Chette Roucool mérite d’être punie ! Et chi comme ça ne suffisait pas, ma dresseuse n’a eu aucun scrupule à se débarrasser de moi alors que c’est tout de même elle qui m’a forcé à être là !

-Oui c’est vrai que c’est pas bien.

-Tout à fait.

-Pourquoi a-t-elle fait ça ?

-C’est surement à cause du roucool.

-Oui les roucools sont mauvais !

Chetiflor regarda, satisfaite, ses congénères qui, happés par le mouvement du groupe, approuvait son histoire. Ils étaient murs pour la suite.

-Ne chommes nous pas des êtres sacrés comme le montre cette tour ?! N’avons-nous pas le droit d’être rechpecté ? Ce festival n’est-il pas en notre honneur ?

-SI ! Répondirent en chœur la foule.

-Cheuls nous sommes inoffensifs ! Mais à nous tous ! Nous avons le pouvoir de faire ployer chette ville et de punir cheux qui che moquent de nous !  FINI L’ECHCLAVAGE !  REPRENONS LE POUVOIR !!!

Alors que Chetiflor brandit l’une de ses feuilles, que ses ouailles criaient à la liberté, le premier des feux d’artifice s’épanouit derrière elle, comme une promesse de victoire.

 

Pendant ce temps-là, à la fête, curieusement, personne ne s’étonna de l’absence des moines…

**

C’est donc persuadé de leur réussite, de leur furtivité et de leur nombre que les chetiflors envahirent le Centre Pokemon cette nuit.

Dans leurs petits cerveaux en grande partie manipulé par le principe de conformité, tout était clair, tout était planifié.

Mais s’il y a bien quelque chose de peu clair et d’absolument pas planifié, c’est bien le genre humain.

Ainsi dans leurs calculs, tel un grain de poussière qui vient se coincer dans les rouages, il n’était pas prévu que Chriss, comme à son habitude, fasse une nuit blanche.

Assis et adossé contre le mur, il assista quelque peu éberlué au défilement saugrenu des silhouettes de chetiflors dans le couloir.

Pendant un bref instant il se demanda s’il ne s’était pas finalement endormi, ou s’il ne se faisait pas un mauvais trip. Il pouvait bien l’avouer : il ne s’était pas contenté uniquement d’alcool cette soirée…

Mais non, tout ceci était bien réel.

Pour en être tout à fait certain, il rampa jusqu’au lit de Harry qui, en splendide pyjama rouge, serrait sa couette entre ses bras en bavant et le pinça pour le réveiller.

Harry voulut un instant crier à sa mère d’aller se faire voir, croyant à tort qu’il s’agissait d’elle, encore à moitié dans les limbes du sommeil.

C’était comme ça qu’elle le réveillait quand elle voulait le jeter hors de l’unique lit de la maison et ainsi en profiter avec un de ses clients… Et cette peste de Chriss le savait bien !

Celui-ci lui fit signe de se taire lorsqu’il voulut lui faire entendre sa façon de penser et lui montra du doigt la fin de la colonne de… De quoi ?

-Tu les vois toi aussi ?

-De quoi ? Les chetiflors ?

-Tant mieux, ça veut dire que je suis pas stone.

-Non c’est un cauchemar ! Pourquoi tu me réveille pour quelques pokemons ? Râla Harry.

-Va réveiller Goliath !

Harry soupira mais s’exécuta quand même alors que son ami se plaçait à l’embrasure pour suivre du regard la direction que prenaient les plantes.

-C’est la chambre de Mimiko…

Harry lui lança un regard lourd de sous-entendu et las :

-Mais tape toi là cette fille si elle t’obsède autant ! Parce que là ton comportement commence à craindre !

-Hein quoi ? C’est l’heure de manger ? Marmonna Goliath à côté, les paupières lourdes.

Chriss les foudroya tous les deux du regard, mais ce n’était pas comme s’ils n’y étaient pas déjà habitués.

Ils se fréquentaient tous les trois en connaissance de causes.

Parce qu’ils étaient tous les trois les types les plus tordus d’Ebenelle… Enfin les plus tordus si on exceptait certains membres de la famille de Chriss qui eux seraient plutôt à classifier dans la catégorie « malade mental », se rectifia mentalement Harry.

On n’est pas ce que l’on est pour rien.

Sautant silencieusement en bas du lit en hauteur, dépliant sa grande silhouette osseuse, il alla rejoindre Chriss à son point d’observation pendant que Goliath, qui ne comprenait strictement rien de ce qui se passait essayait de descendre l’échelle.

Il se passait quelque chose dans la chambre de Mimiko.

C’était que son avis, mais il avait l’impression qu’elle était un sac à problème cette fille et lui, les filles à problème ça le saoulait.

-Oui, c’est vrai, pour toi les filles, c’est juste un lit chaud pour la nuit, répliqua d’un ton acide Chriss à sa remarque.

Harry leva les yeux au ciel pour éviter de dire le tout fond de sa pensée qui ne pouvait que choquer l’éducation puritaine de son compagnon de route.

-Elle nous a pas dit qu’elle avait échangé un chetiflor justement ? Répondit-il à la place.

-Comme si je n’y avait pas pensé…

Ils sentirent derrière eux l’immense carrure de leur compagnon et alors qu’il allait parler de sa voix de stentor, ils se retournèrent tous les deux pour le bâillonner en mettant un doigt sur leur bouche.

-CHUUUT !

Puis alors que les chetiflors revenaient sur leurs pas, ils se callèrent dans l’obscurité pour éviter d’être vu.

Le spectacle auquel ils assistèrent alors les laissèrent muets, la mâchoire béante, tout le long de leurs passages.

Prisonnières des lianes, tenues à plusieurs mètres du sol et ainsi transportées se trouvaient Mimiko et son roucool tandis qu’en ordre de bataille, les chetiflors quittaient le Centre Pokémon. En fin de cortège s’en trouvait cinq qui tenaient au-dessus de leurs têtes une pokéball.

Surement son héricendre dont ils devaient se méfier à cause de son type feu.

Bref, auraient-ils vu des maraistes en tenues de prêtres et des queuloriors en kimono les accompagner qu’ils n’auraient été pas plus étonnés.

195235

Suivant discrètement la parade, les trois jeunes hommes les observèrent s’arrêter devant le temple portatif qu’ils avaient vu défiler lors de la fête. Soutenu par dix chetiflors, l’un de ces pokémons se trouvait dessus, trônant comme un empereur et semblait donner les ordres.

Agitant furieusement ses feuilles alors que sa bouche de fleurs s’ourlait d’un sourire sadique, le convoi s’ébranla, avec d’un côté le gros des troupes derrière le temple avec pour prisonnières Mimiko et le roucool, de l’autre les cinq chetiflors chargés de s’occuper de la pokéball.

Ces derniers prenaient la direction du lac, les autres partaient vers la forêt.  

Chriss s’empressa de réfléchir à un plan d’attaque pour arrêter les chetiflors, quels que soient leurs buts. Ils n’avaient pas le droit de lui enlever la jeune fille ! Il n’avait pas encore compris ce qui l’intriguait en elle !

-Harry, retrouve les propriétaires des chetiflors, je pense qu’il y a un rapport avec la Tour Chetiflor, Goliath… Récupère la pokéball ! Moi je m’occupe du temple !

-Mais…. Chriss, tes pokémons sont de type eau et poison, tu penses que tu y arriveras contre une vingtaine de pokémon plante ? S’inquiéta Harry. 

Le blond lui répondit avec un sourire torve :

-Crocrodil a plus que de l’eau à revendre !

159

**

Quel cauchemar !

Oui c’était certainement ça ! Rien qu’un cauchemar !

Même si elle pensait que son esprit prenait vraiment trop au sérieux son sentiment de culpabilité… Essaya-t-elle de rire intérieurement bien qu’elle n’en menait pas large.

Elle était enveloppée comme une momie de lianes, incapable d’esquisser le moindre geste, de pousser le moindre cri, entouré de chetiflor qui avançait au pas militaire tout en clamant des « Chetiflor ! Chetiflor ! » .

Tout ceci était ridicule…

ELLE VOULAIT SE REVEILLER !!!!

Roucool à côté d’elle ne l’entendait pas de la même oreille, car là où Mimiko ne percevait que d’innocents noms de pokémon, elle, elle entendait tout simplement « SACRIFICE ! SACRIFICE ! » et elle se débattait comme un beau diable pour s’échapper.

Comme pour mieux la narguer on avait enlevé la liane qui lui tenait le bec cloué et elle ne s’était pas privée de les abreuver d’injures, mais cela avait autant d’effet sur ses assaillants qu’une petite bise.

Mais le pire était arrivé pour elle lorsqu’elle avait reconnu Chetiflor sur le haut du temple. Là elle avait commencé à trouver que cette histoire sentait VRAIMENT mauvais !

-Ah ah ah ! Te voila priche comme un rat ! Tu fais moins la fière ! S’exclama Chetiflor en se tournant vers ses victimes.

-Espèce de lâche ! Viens te battre contre moi et on verra !

-Che ne chuis pas une lâche ! C’est comme cha qu’agisse les chetiflors ! Nous chommes plus forts ensembles !

-Et c’est sans doute EUX qui t’ont recruté ! Cracha Roucool en question purement rhétorique.

-Ch’est de ta faute ! Chi tu ne n’avais pas été auchi méchante avec moi cha ne serait pas arrivé !  Tu ne peux t’en prendre qu’à toi et pleurer quant au sort qui t’attend, à toi et à ta prechieuse maitresse !  

Roucool jeta inconsciemment un regard à sa dresseuse dont les yeux étaient brillants de peur et revint, encore plus furieuse vers Chetiflor :

- Comment oses-tu t’en prendre à elle ?!

-Elle auchi n’a que che qu’elle mérite ! Pour t’appréchier et pour m’avoir abandonné sans regret !

Chetiflor se retourna avec un mouvement de tête hautain, considérant que la discussion était close.

Roucool força sur ses ailes, cherchant à les déployer mais le triple sort de ligotage qui l’entravait était trop fort. Haletant elle se relâcha et se retourna vers Mimiko.

Elle ne comprenait pas l’amertume de Chetiflor : Mimiko était loin d’être une mauvaise maitresse et c’est d’ailleurs pour ça qu’elle s’était elle-même laissé capturer.

Elle l’avait compris au moment même où elle avait vu Héricendre, au pelage brillant, hors de sa pokéball et fier de sa force et de sa condition.

Si elle avait gagné son combat contre lui, tant mieux, mais elle ne s’était pas plainte non plus d’avoir été prise. Son nid, son arbre, son territoire… Elle n’y était pas plus attachée que ça.

Il faut dire qu’elle n’était guère intégrée dans leur groupe de roucools et qu’elle passait le plus clair de son temps seule malgré le fait qu’elle était nubile depuis un moment.

Qu’y pouvait t’elle si elle faisait peur aux roucools mâles et que les roucoups ne la trouvait pas assez douce et dodu comme ils les aiment ? 

17

Eh oui, ça c’était la vérité contrairement à ce qu’elle avait affirmé à Héricendre qui avait tapé juste !

Elle était même plutôt heureuse de sa nouvelle vie.

Mimiko lui avait laissé le choix de rester ou non et elle avait tenté sa chance de pouvoir enfin être elle-même, de pouvoir voyager et affronter des adversaires remarquable. Et elle devait l’avouer, elle commençait à prendre gout à être aimée. Et ce, malgré son insupportable caractère.

C’est pourquoi elle ne supportait pas de voir sa dresseuse en danger à cause d’elle. Si seulement elle pouvait se dégager… Elle ferait voir de quel bois elle se chauffe à ces stupides chetiflors !

Alors qu’elle puisait dans sa colère la force de briser ses liens, le convoi s’immobilisa et s’étala en largeur autour de deux trous creusé dans la terre. Des fouinars en sortirent, s’ébrouant les poils pleins de terre.

162

-C’est bon ! Les trous sont terminés ! On veut les baies que vous nous avez promises ! Fit le plus grand on se grattant l’oreille.

Dans sa longue liste de pokémon à détester, Roucool rajouta les fouinars aux chetiflors.

Mais ce n’était pas le moment de rire, le temple portatif fut transporté derrière les trous et de son piédestal, Chetiflor leva ses deux feuilles, accueillie par les vivas des pokémon plantes.

-Auchourd’hui nous punissons particulièrement cheux qui ne nous ont pas respecté ! Commença Chetiflor. Mais demain nous nous emparerons de la ville et obligerons les humains à nous obéir et à nous craindre !

-OUAIIISSS !!!

-TU T’ES SHOOTEE A L’ENGRAIS OU QUOI ?!? T’ES COMPLETEMENT TAREE !

Les piaillements furieux de Roucool attirèrent à nouveau son attention sur elle.

-Moi, CHETIFLOR, che vous condamne à être enterré VIVANTES ! Et après avoir refermé la terre chur vous, che m’y planterais et achpirerais les dernières parchelles de vies de vos cadavres et m’en nourrirai !

-

Roucool était sans voix.

Les pokémons psychopathes, ça existait réellement !

On leur servait des discours comme quoi c’était les dresseurs humains mauvais qui rendaient les pokémons tordus, mais en fait ils se débrouillaient très bien tout seul !

Bon évidemment, si la route de Chetiflor n’avait jamais croisé la sienne et celle des humains, elle ne serait surement pas là…

Une partie de Roucool refusait de croire la plante. C’était juste une blague, forcément ! Les pokémons n’étaient pas des assassins ! Ils tuaient que pour se nourrir… Mais n’était-ce pas ce qu’elle venait de dire ?!?

La cruelle réalité tomba sous les yeux de Roucool en même temps que Mimiko dans le premier trou et que défilait le cycle de la vie dans sa tête. Carnivore qui mange herbivore, qui mange herbe… Qui mange cadavre…

Une litanie de jurons tomba à nouveau de son bec tandis qu’elle se trémoussait en vain.

-Mais d’abord Roucool, tu vas assister à l’enterrement de ta prechieuse maitresse !

Non ! Non et Non ! Ce n’était pas possible !

Déjà des chetiflors et les fouinards remplissaient le trou de terre et la pauvre Mimiko, en plus d’être effrayée, ne devait rien comprendre à ce qui lui arrivait !

Tout était sa faute ! Entièrement sa faute ! Et celle de cette Chetiflor cinglée aussi !

Elle voulait fermer les yeux, mais à quoi bon ? Elle la rejoindrait bien assez vite dans ce trou. Rien que de s’imaginer, elle, un pokemon vol, sous la terre, froide, humide et poussiéreuse, sans un moindre brin d’air, la rendait nauséeuse…

Un jet d’eau rompit la lourdeur du moment et frappa de plein fouet les deux fouinars qui furent éjecté à plusieurs mètres.

Là, derrière le convoi, Roucool reconnu le crocrodil qui leur lançait un regard crâneur. Et le jeune homme qui sortit de derrière un arbre…

Cela voulait-il dire pour autant qu’elles étaient sauvées… ?

**

La lueur de la lune et des étoiles se reflétait dans le miroir lisse du lac.

Sur le bord de la rive, cinq chetiflors bougeaient des racines en rythme, tenant toujours la pokéball au-dessus de leur tête.

Goliath n’était pas un pro de la furtivité. Il était pas taillé pour ça et ne chercha même pas à être discret. Ses pas lourds résonnèrent derrière les pokémons qui se retournèrent vers lui.

Deux d’entre eux lâchèrent la ball pour envoyer leurs lianes sur lui, les enroulant autour de ses avant-bras musclés pour le soulever de terre.

Mauvais calcul : trop lourd, trop fort, d’un mouvement des bras, c’est Goliath qui fit décoller les plantes et les fit tourner tel un lasso avant de sentir leurs étreintes le lâcher et de les envoyer par-dessus la cime des arbres. 

Depuis qu’il était adolescent il travaillait avec des machocs dans les chantiers de construction alors il n’avait pas peur de se battre directement avec des pokémons. C’était déjà pas facile de se faire embaucher au noir, mais quand il fallait prouver qu’on valait mieux, sinon autant qu’un pokémon combat qui n’était même pas payé, on passait plusieurs heures par jour en salle de musculation.  

(66)

Le résultat était là : il aurait pût arrêter à mains nu un tauros. Alors de faibles chetiflors…

(128)

Bien qu’il ait pu les piétiner comme les misérables pissenlits qu’ils étaient, il balança nonchalamment l’une de ses pokéball qui fit apparaitre un héricendre.

Il était plutôt grand pour son espèce, et aussi, disons-le : plutôt gras. Tranquille comme à son habitude, le hérisson ne semblait pas réaliser l’importance de la situation puisqu’il regardait son maître avec de grands yeux brillants pleins d’espoir.

-Non c’est pas l’heure de la bouffe Héricendre… Utilise plutôt ton flammèche sur ces chetiflors !

Son héricendre tourna la tête, aperçut les pokémons plantes qui mettaient autant de temps à réagir, et pas plus perturbé que ça, gonfla la poitrine, faisant apparaitre les flammes sur son dos et les crama dans un grand « Heriiiiiiii ! ».

Et puis après il s’assit et quémanda à nouveau de la nourriture.

*C’était la minute Héricendre… » Pensa Goliath avec un peu de dérision pour lui même en le rappelant dans sa pokéball.

Les chetiflors enflammées plongèrent dans l’eau et malheureusement, balancèrent en tout premier lieu la pokéball à la flotte.

L’objet coula dans les profondeurs sombres du lac.

C’est ce constat qui fit se rappeler à Goliath qu’il était là à l’origine pour récupérer le précieux objet.

-Ptitard ! Ramène-la à terre !

60

D’une seconde pokéball il envoya le ptitard qu’il avait justement attrapé naguère à cet emplacement. Le pokémon amphibie plongea et disparut à son tour.

Goliath se pencha sur la surface du lac en espérant qu’il arriverait à retrouver l’objet sinon il était bon pour une engueulade à la Chriss… Du genre qu’il préférait éviter.

Au bout de cinq minutes, une pokéball jaillit de l’eau, ptitard derrière elle. En touchant le sol meuble elle s’ouvrit, libérant un héricendre traumatisé.

Bein oui quand même, qu’est ce qui pourrait être pire pour un pokémon feu d’être d’enfermé dans sa pokeball sous l’EAU ?!

Il y avait mieux comme constat à son réveil !

Héricendre, un peu perdu observa ce qui l’entourait, passant du grand baraqué qui faisait partie des humains que Mimiko n’aimait pas, au ptitard qui l’avait ramené sur la terre ferme d’un coup de queue et… L’absence de sa dresseuse ! 

Affolé, il se tourna vers le pokémon eau :

-Héri ! héricendre ?!

-Ptit ptitard, tititard ! Expliqua t’il en lui racontant que c’était la faute des chetiflors.

-Héricendre ?!

-Ptitard !

Après confirmation, et bien qu’il trouvait que tout cela n’avait aucun sens, Héricendre courut rejoindre le Centre Pokémon pour pister la trace des kidnappeurs de maitresse.

Goliath ramassa la pokéball et en absence d’autres idées, décida de garder un œil sur le petit pokémon. Ainsi s’appliqua-t-il à le suivre sans réfléchir. 

**

Dans la forêt les choses n’étaient pas si simples.

Le combat faisait rage entre les chetiflors et l’équipe de Chriss.

Les pokémons plante avaient d’abord tentées de ligoter le jeune homme mais Crocrodil l’avait libéré à coup de morsure sur les lianes. Ses dents acérées étaient effectivement un bon moyen de contrer les lianes, mais il n’en restait pas moins particulièrement sensible aux attaques fouet lianes malgré la différence de niveau.

C’est pourquoi Scorplane planait au-dessus de la masse en sautant régulièrement à la tête des plantes pour leur lancer un dard venin… Guère plus efficace car leurs ennemis était affublé d’un double type, dont celui de poison.

207

Stratégiquement parlant, Chriss n’était pas le meilleur pour s’occuper d’une nuée de chetiflors, Harry le lui avait fait remarquer d’ailleurs… Mais il était le plus impliqué des trois dans cette histoire.

L’objectif premier était de faire sortir Mimiko de son trou.

- Allons-y Crocrodil ! Fraye-nous un chemin avec ton pistolet à eau !

Le type eau ne leur faisait peut être pas beaucoup de dégât mais la puissance du jet avait l’avantage de les éjecter du chemin.

De chaque côté du couloir créé : des lianes prêt à l’attraper, frôlant de peu ses chevilles, son corps… Il devait sauter pour en éviter certaine. Mais arrivé au bord du trou, il n’y avait plus d’échappatoire et Chriss sentit des liens se refermer autour de son torse, lui arrachant une grimace lorsqu’ils pressèrent une ancienne blessure encore douloureuse.

-Crocrodil !

-Crooo ! Gémit son pokémon qui attaqué de toute part ne savait pas où donner du croc et finit par se retrouver lui aussi entravé dans ses mouvements.

Chriss jura et regarda en direction de la ville.

Mais que faisaient ses abrutis d’amis ?!?

**

Macronium avançait le premier, le bruit de ses pas sur le parquet camouflé par le grincement continu du pilier mouvant de la Tour Chetiflor, béni soit-il !

153

Harry suivait derrière et avait sorti par précaution son deuxième pokémon : un adorable teddiursa aux pattes non moins puissantes. Bien qu’actuellement il les mâchouillait comme à son habitude tel un bébé son pouce.

216

Montant jusqu’au dernier étage, découvrant une tour déserte de toute présence, aussi pokemon que humaine, il aurait pût sentir la peur s’emparer de lui, mais en toute circonstance logique, il gardait ses nerfs bien à l’abri de ce genre d’inconvénients.

Au dernier étage il découvrit les humains endormis en tas, aussi bien moines que civils, et gardé par deux chetiflors.

Il hésita à lancer directement son teddiursa sur les plantes, mais le reflet d’une poudre pailletée sur les vêtements d’une des victimes le fit stopper net : de la poudre dodo !

Il fallait donc envoyer celui qui y résisterait mieux…

-Macronium ! Tranch’herbe !

Galopant sur le plancher, son starter déboula de derrière le pilier où ils se cachaient et envoya ses feuilles coupantes sur les chetiflors. L’un fut coupé net comme les blés sous une faux, mais le deuxième l’évita avec souplesse avant de lui envoyer un nuage de poudre bleu scintillant.

*Résiste !* Pria t’il en voyant le brachiosaure dodeliner sous l’attaque.

Son long cou s’arqua alors sur ses feuilles en collier et leur odeur piquante le réveilla net.

-Super Macro ! Tente Feuillemagik !

-Macronium !!!!

Ils ne maitrisaient pas encore cette attaque. Mais si leur adversaire avait déjà évité un simple tranch’herbe, il fallait jouer plus haut.

Macronium lança un nouveau tranch’herbe, mais cette fois-ci se concentra pour utiliser son contrôle sur les plantes et diriger à sa volonté les feuilles.

Les feuilles se mirent à luire d’un halo violet et foncèrent aussi droit sur l’ennemi qui s’il s’agissait de hallebardes.

Le chetiflor contrattaqua avec un fouet lianes, ce qui déconcentra Macronium et retransforma feuillmagik en l’attaque initiale. La plante l’évita sans problème alors que ses lianes venaient le fouetter sur les flancs, laissant derrière chaque coup des traces rouges.

Harry voulut intervenir mais son pokémon lui barra le passage, refusant qu’il se mette en danger.

Les coups fusaient toujours et le chetiflor était trop occupé pour se rendre compte que Macronium utilisait à nouveau feuillmagik… Il fallait dire que l’attaque ne vint pas de face, mais de derrière car il décida d’utiliser à nouveau les précédentes feuilles pour les faire revenir tel un boomerang vers lui.

Ne s’y attendant absolument pas, le chetiflor fut à son tour annihilé.

-Bravo Macronium ! Le félicita Harry alors qu’il bombait du torse, fier, malgré ses blessures.

-Macroooonium ! 

Maintenant que tout danger était écarté, son dresseur le fit rentrer dans sa pokéball pour qu’il se repose.

Puis il fixa d’un air embêté le tas de dormeur. Que pouvait-il bien faire pour aider Chriss et Goliath ? La seule chose qu’il y avait à faire c’était de réveiller l’infirmière Joëlle pour leur inoculer à tous une piqure de Réveil. Ou une bonne attaque Réveil Forcé mais ce n’était pas dans les capacités de son teddiursa.

C’est alors qu’il éprouvait une flemme sans nom de s’occuper de ça qu’un petit placard dans un coin se mit à branler une, deux fois. Ouvrant l’une des deux portes coulissante, il y découvrit un petit garçon ligoté de lianes, les larmes aux yeux.

Après quelques difficultés pour le sortir et l’aide des griffes de son pokémon pour trancher les lianes, le petit garçon était libéré et lui racontait tout de son histoire.

Comment il avait échangé son pokémon contre le chetiflor de Mimiko, qu’il s’était battu avec et que les plantes avaient endormis tous les autres à part lui que son chetiflor semblait avoir donné l’ordre de le ligoter puis de l’enfermer dans ce placard… Il avait eu si peur !

-Il semblerait logique vu ses victimes que l’ancien chetiflor de Mimiko soit le chef de l’opération, réfléchit Harry. Les chetiflors ne sont pas très intelligents seuls, ils ont plutôt un genre d’intelligence collective comme les apitrinis. Si on coupe la tête, le corps s’effondrera tout seul et les chetiflors retourneront à leurs maîtres.

(415)

Il considéra le gamin et se dit qu’il était trop dangereux de le lier à cette histoire.

-Toi, vas au Centre Pokémon réveiller l’infirmière Joëlle et lui dire ce qui s’est passé ici. On attendant, je vais aider mes amis et te rapporter ton chetiflor.

-J’irai au centre pokémon, mais pour le reste…

Le gamin fouilla dans sa poche et lui tendit une pokéball, les yeux implorants.

**

Leurs nouvelles proies bien en mains, ou plutôt en lianes, Chetiflor allait ordonner que l’on continue à reboucher le trou de Mimiko.

Elle était agacée car tout ce remue-ménage n’était absolument pas prévu…

Mais elle allait en être pour ses frais, car à peine le remplissage à nouveau repris, c’est Goliath qui fit son entrée dans la clairière, accompagné de… Héricendre !

Un instant elle sentit la peur s’emparer d’elle alors que les fins yeux du pokémon feu la brulaient sur place. Elle se reprit toutefois en se rappelant qu’il avait pris plus ou moins le parti de Roucool et qu’elle était protégée par son armée.

Un deuxième héricendre apparut à ses côté. Côte à côte on voyait bien les différences de taille et de poids. Celui de Mimiko avait l’air d’un nain.

Goliath donna l’ordre d’attaquer, mais Héricendre démarra bien avant et fonça dans la mêlée de lianes brandies et fonçant sur lui.

Non seulement il distança sans difficulté son congénère beaucoup plus lent, mais évita sans problème les fouets lianes, se glissant sans difficulté entre eux sans cesser d’accélérer…

-C’est vive attaque ! S’étonna Chriss devant la vitesse du pokémon, puis, à Goliath : Je t’avais bien dit de ne pas laisser ton pokémon manger à tout bout de champs !

-Il est comme moi, il a un gros appétit, se défendit son ami alors que son héricendre se prenait de plein fouet les attaques qui avaient raté l’autre. 

Héricendre continuait sa course vers Chetiflor, fou de colère envers leur ancienne compagne, mais un mur de pokémon s’éleva devant elle et l’empêcha de l’atteindre. Repoussé, il cracha ses flammèches sur eux avant de bruler les lianes qui entravaient Roucool.

Celle-ci se libéra et s’éleva dans le ciel en un cri de victoire, remerciant son ami, et fonça à son tour sur Chetiflor.

-Cheti chetiflor !!! (Protégez-moi !!!) Hurla Chetiflor en se préparant déjà au choc.

Cependant, bien que déjà bien brûlé, sa ligne de défense se reforma et Roucool dû se redresser.

Battant furieusement des ailes, elle resta sur place près de Héricendre :

-Rou roucool rouroucool ! Rourou roucool ! (Héricendre, Mimiko est dans le trou ! Je m’occupe de Chetiflor !).

Héricendre opina du chef et courût libérer sa maîtresse.

Au même moment, Goliath sauvait son honneur en montrant que son pokémon était peut être un escargot, mais que toutes ses calories n’étaient pas inutiles : en effet, le feu sur son dos était beaucoup plus puissant et ses flammèches passaient pour des lances flammes.

La deuxième ligne de chetiflors y gouta pour son plus grand malheur et la moitié ne s’en releva pas.

Il libéra ainsi Chriss et Crocrodil avant d’aider Héricendre à remonter sa maitresse.

Mimiko fut surprise de découvrir ses sauveurs. Mais après ce qui venait de se passer, elle avait depuis longtemps passé le stade de la stupeur.

Il restait cependant Chetiflor qui échappait tant bien que mal aux assauts de Roucool et sacrifiait petit à petit ses soldats qui, persuadés de devoir absolument la protéger, se relevaient même dans un état critique pour puiser quelques forces dans la terre et repartir au combat.

Cela faisait vraiment peine à voir.

Mimiko serra dans ses bras Héricendre, elle ne comprenait pas ce qui avait pût déclencher cette guerre miniature mais elle sentait confusément que ça devait être sa faute.

Quoiqu’il en soit, elle n’avait qu’un souhait : que tout ça s’arrête au plus vite.

Si Chetiflor la détestait, elle n’avait cependant rien fait consciemment pour la blesser ! Mais comment lui faire comprendre ?

Elle voulait la prendre dans ses bras pour la serrer et lui assurer qu’elle n’avait voulu que son bien, qu’elle ne saurait pas s’occuper bien d’elle, mais Chriss la tint par le bras, l’empêchant de s’approcher du temple portatif.

Comme s’il avait deviné ce qu’elle avait en tête.

Crocrodil et l’héricendre de Goliath s’était joint à Roucool, mais cela ne faisait qu’écraser un peu plus les pauvres chetiflors.

-Arrêtez ça… Ca ne mène à rien… Marmonna-t-elle.

-Pas plus que de se lancer en plein milieu du combat comme une parfaite idiote. On a des comptes à régler avec ces fichus touffes d’herbes !

Elle aurait voulu le jeter dans son propre trou et l’y étouffer car elle ne pouvait pas dire qu’ils n’avaient pas à se mêler de tout ça puisqu’elle était très contente d’avoir été sauvée. Mais bon…

Toute cette haine, cette colère… Etait juste triste…

Le combat allait bientôt tourner court et les chétiflors en sortiraient certainement dans un état épouvantable…

Un flash rouge y mit cependant fin plus tôt que prévu.

Chetiflor sur son piédestal se mit à briller et disparut brusquement.

Ses troupes s’arrêtèrent alors, perdues, regardant le massacre autour d’elles d’un air absent.

Des buissons sorti alors Harry de sa démarche nonchalante, montrant simplement la pokéball que lui avait donné le garçon.

-C’est bon, tout est fini : le tyran est retourné dans sa cage.

 

Dans la forêt éclairée par la douce lumière du croissant de lune, tout redevint calme. Un bref vent porta simplement le doux tintement d’une clochette…

***

Elle avait fortement envie de dormir après tous ces évènements, mais la moindre des choses était de remercier ses trois étranges sauveurs alors qu’ils s’apprêtaient à quitter Mauville.

Après un bref merci, accueilli froidement par Chriss, d’un haussement de sourcil par Goliath, elle fut surprise du sourire de Harry.

Il semblait être plus que ce qu’on pouvait voir au premier abord. Peut-être qu’il pouvait même être quelqu’un de bien au final ?

Elle remarqua alors qu’il portait une troisième pokébal.

-Le garçon ne voulait pas garder son chetiflor, il me l’a donc donné, lui expliqua t’il.

-Quoi ? Tu veux dire que maintenant c’est toi qui l’a ? Ca ne te fait pas peur ?

-Et rater la chance d’avoir un chetiflor mégalomaniaque ? Eclata-t-il de rire. Non, je suis sûr qu’on va bien s’entendre !

Bon, peut-être n’était-il pas vraiment quelqu’un de très clair mais elle lui souhaita bonne chance quand même.

Cela signifiait cependant que cette histoire de Chetiflor était loin d’être terminée !

C’est ainsi que partirent les trois jeunes hommes sous les yeux de Mimiko.

Quant à elle, elle se retourna vers Héricendre et Roucool :

-Bon, ça vous dis un bon somme ?

Il va sans dire que cette proposition fut unanimement retenue. 

A suivre...