06 octobre 2010

Chapitre 1 : Les blondes débarquent

En cette belle journée de fin d’été le ciel était bleu et la mer calme. Le ferry avançait paresseusement vers un morceau de côte où on apercevait petit à petit les toits de Bourg Palette. A la rambarde nonchalamment appuyée, une jeune fille aux longs cheveux blonds observait le paysage. Pas grande, plutôt petite en fait, d’une silhouette longue cependant, Arisa s’étira, heureuse de voir que ce voyage en bateau arrivait enfin à sa fin. Elle en avait assez de dormir et était aussi pressée de revoir son amie. Songeant à sa présence... [Lire la suite]

19 mars 2012

Chapitre 2: Cet été là…

Les roucools pioupioutaient quand Mimiko ouvrit un œil, fixant un instant les rayons de lumières qui frappaient le plafond. -C’est déjà le matin ? Elle baissa alors les yeux sur son ventre et y trouva le hericendre qui y dormait, étalé comme un bienheureux et alors la réalité lui revint avec dureté. -Comment ça a pût arriver ? Se demanda-t-elle, dépitée. Avant de laisser retomber sa tête sur son coussin avec un gémissement. ** -Je ne comprends pas qu’une ville au bord de la mer comme celle-ci n’ait pas de... [Lire la suite]
30 mars 2013

Chapitre 5 : Les femmes et les cartes

Mimiko déploya la carte face à elle et la fixa sous toutes ses coutures avant de la rabaisser, de regarder les arbres qui l’entouraient et de déclarer : -Cette fois c’est officiel, je n’ai aucune idée de l’endroit où on se trouve !   Ils avaient repris la route le lendemain matin de son altercation avec Chriss, Harry et Goliath pour prendre le chemin menant à Mauville, prochaine ville sur la route d’Ecorcia. Au début, tout c’était bien passé. Il faisait bon, ils longeaient la mer, le vent soufflait dans les branches... [Lire la suite]
11 novembre 2013

Chapitre 14: Le vent dans la caverne

Les grottes avaient un point positif : elles respiraient le silence. Un silence on ne peut plus le bienvenue. Un silence qui appelait à la réflexion. Walker Oswald attrapa l’anse d’un mug et le porta à ses lèvres, heureux de sentir le fort arôme du café réveiller ses sens et sa chaleur l’envahir. Parcqu’aussi silencieuses soient les grottes, elles étaient aussi la plupart du temps aussi glacées que l’intérieur d’un frigidaire. Il s’était aménagé un petit coin à lui au beau milieu de celle-ci, avec un lit de camp, bonbonnes de... [Lire la suite]